Cantos y Santos – Les extraits de films

 

 

Confrérie « Le Baiser de Judas »   (5:39)

Pendant la Semaine Sainte à Séville, les processions des Christs et des Vierges se suivent sans interruption. Les processions sont organisées par les confréries, chacune rattachée à une église.
La centaine de Christs et de Vierges qui processionne peut paraître monotone, mais pour les Sévillans chaque paso, chaque Christ, chaque Vierge est unique ; chaque Image sainte est vivante et représente incomparablement la douleur et la peine.

 

 

Les pasos   (6:08)

Richement sculptés d’or et d’argent, les pasos sont de lourdes structures de bois pouvant peser jusqu’à quatre tonnes, sortes d’autels portant les Christs et les scènes de la Passion, et les Vierges.
Les sorties des églises au début des processions, sont toujours un moment de grande difficulté pour les porteurs des pasos, les costaleros.

 

 

Les costaleros   (5:40)

Les costaleros portent le paso sur la nuque. Costalero du mot « costal », cette coiffe de jute que les costaleros portent sur la tête. Le costal comporte un bourrelet qui a pour fonction de protéger la nuque et les cervicales des costaleros. Être costalero exige une grande force physique, beaucoup de résistance et une totale abnégation. Chaque costalero peut porter jusqu’à 60 kilos, mais  s’honore toujours de meurtrir ses épaules sous le poids du paso.

 

Le capataz   (4:02)

Les costaleros sont aveugles sous le paso, car il est entouré d’un lourd tissu richement brodé qui tombe jusqu’au sol, et que l’on appelle la « jupe ». Le capataz guide les costaleros, et donne les ordres de levée et de pose du paso au travers du « respiradero » large bande de bois sculptée d’or et d’argent.

 

 

                                                                                               La « danse du paso »   (6:13) 

Les costaleros avancent en rythme parfait avec la musique jouée par les bandas, ces orchestres qui accompagnent chaque Christ et chaque Vierge en procession. On dit qu’ils font « danser  » les Christs et les Vierges. Les bandas de musique sont composées de musiciens de très haut niveau jouant des symphonies et des marches d’une infinie tristesse, des moments de grande émotion.

 

 

Vierges de la Macarena et de l’Espéranza de Triana   (8:22)

La Vierge de la Macarena est la Reine des Cieux et de Séville, elle apporte espérance et flamboiement. Elle porte sur sa poitrine cinq fleurs d’émeraudes et de diamants que lui offrit le célèbre matador Joselito.
De l’autre côté du Guadalquivir à Triana, la Reine des Cieux s’appelle Espéranza de Triana.
Chaque année, les deux Reines rivalisent de beauté et soulèvent une profonde émotion sur leur passage.

 

 

 

La levanta et les costaleros   (2:20)

Le regard brillant, les costaleros écoutent la saeta, un chant d’amour et de douleur adressé au Christ ou à la Vierge. Puis ils soulèvent le paso d’un saut en expulsant un profond cri sous l’effort, ou parfois le lèvent à la force du poignet, donnant l’étrange l’impression que le paso lévite.

 

 

 

Confrérie « Jésus Despojado »   (5:55)

Chaque année à date et à heure prévues, s’élance dans les rues et sur les places tout un peuple pour suivre les Christs et les Vierges en procession, pour être ému face à leur grandeur et face à leur douleur, pour les prier, pour les acclamer, pour les admirer, pour les voir danser au rythme lent et triste des musiques jouées par les bandas. Au-dessus de la foule, le paso tangue et balance, porté par les épaules vigoureuses des costaleros.

 

 

Confrérie « Santa Marta   (4:02)

       Où vas-tu hirondelle
avec ton petit bec pointu ?
Je vais enlever les épines
qu’on lui a plantées dans la tête.
copla

 

 

                                                                      Confrérie « La Soledad de San Lorenzo », les saetas   (7:55)

Entrecoupées de sanglots, les saetas s’élèvent dans la nuit noire, et le paso de lumière glisse imperceptiblement au-dessus de la foule invisible et murmurante. Le paso s’immobilise, écoute les saetas, puis s’ébranle doucement. La procession se termine, la Vierge rentre dans son église, la Semaine Sainte s’achève, demain Il ressuscite.

                                                                                                                                                     

                                                                                                                                                                                                                                                                       Début de page